Projet d'un stand national sur Châteauroux



Le Comité Directeur du 08 octobre, à l'unanimité, a accepté la proposition de la Communauté Urbaine de Châteauroux, d'étudier le projet d'une installation de tir sur l'emplacement de la base militaire prochainement désaffectée.

Suite à un premier contact établi par Gilles Dumery (président de la ligue du Centre) relayé par Georges Durand à l'occasion du CdF des Écoles de Tir, le Sénateur Maire de Châteauroux M. Jean-Claude Mayet a souhaité rencontrer les dirigeants de notre Fédération sur ce projet.

Le Président de la FF Tir, Philippe Crochard, a aussitôt constitué une délégation (avec le 1er Vice Président, le Secrétaire Général, et le Trésorier Général) qui s'est rendue sur les lieux le 5 septembre dernier.

Lors de la visite de l'ancienne base militaire de l'OTAN il leur a été proposé la mise à disposition d'une parcelle d'environ 100 hectares sur laquelle existe un stand B6-B12 en parfait état, et différents bâtiments.

Il apparaît que sur ce grand espace il pourrait être réalisé un stand de tir longue distance à 600, voir 1.000 mètres, un stand plateaux de niveau international, etc ... L'aménagement des buttes de tir devrait être facilité par l'apport de nombreux remblais provenant des travaux réalisés dans la zone.

L'emplacement géographique au centre de la France, les accès routiers, ferroviaires et aéroportuaires, le soutien politique de l'agglomération, les surfaces et installations disponibles offrent des voies d'explorations très intéressantes.

Les possibilités ainsi offertes permettraient de réaliser un Bisley à la française. Notre fédération pourrait ainsi se doter d'une grande installation sportive internationale qui lui fait défaut.

Dans la même optique un certain nombre de stands militaires type B6/B12 vont être réformés il appartient aux clubs qui connaissent des situations de ce type de se mettre en rapport avec leurs ligues régionales afin d'étudier la faisabilité de récupérer pour l'usage de nos tireurs ces morceaux de notre patrimoine.



Philippe Crochard




La délégation fédérale lors de la visite