41e CdF 10/18 m 2018

41e CdF 10/18 m 2018 - 05 février 2018

Web  Picto Car Pis CM Arb Par 2018.jpg

_GDX0800.jpg

Le contrôle des armes

  • Pour la carabine et le pistolet (précision, standard et vitesse), le contrôle des armes n'est pas obligatoire.
  • Au pistolet, le contrôle ne concerne que le poids de l'arme, la taille de l'arme et le poids de la détente.
  • Concernant la carabine, de nombreux contrôles sont effectués. La taille de l'arme doit être vérifiée puis la veste et les chaussures.
  • L'Arbalète Match se contrôle exactement comme la carabine. Cependant, il se rajoute une vérification méticuleuse des traits ainsi que la taille de l'arc.
  • Le contrôle de Arbalète Field s'exécute sur le pas de tir. Tout est mesuré et pesé sur l'arme.
  • À la Cible Mobile, le contrôle se fait directement sur le pas de tir : la lunette, la taille de l'arme ainsi que son poids sont vérifiés. Lors du tir, les arbitres vérifient la position des bras du tireur.
  • Le Para-Tir étant une discipline nouvelle de la FFTir, elle oblige un contrôle précis de tous les tireurs, de leur équipement et de leur arme (cf interview de Serge Sprocq).

20180206_091527.jpg

Outil permettant de mesurer la taille des traits Arbalète Match


_GDX0810.jpg

Pierre BESSIERE - Responsable NATIONAL ARBITRAGE

Chaque année, il est chargé d'organiser et de veiller au bon déroulement de celui-ci au niveau arbitral.

Il regroupe ainsi un noyau dur d'arbitres, habitués à ce type de rencontres. Il convoque également le plus grand nombre possible d'arbitres de la ligue organisatrice (Midi-Pyrénées) puis ceux des ligues voisines. La proximité est privilégiée après le noyau dur de responsables. Le travail d'un arbitre consiste à appliquer le règlement et d'être le plus équitable possible. Cette année ils seront 51.

Ce lundi, deux réunions étaient programmées afin de répartir les différents postes et de passer en revue la réglementation en vigueur, notamment la tolérance zéro au niveau vestimentaire.

Dans la soirée, aura lieu le traditionnel match des arbitres composés de carabiniers et de pistoliers.
Le match se tire en 20 coups et une remise symbolique de prix se fait lors du repas des arbitres, le lundi soir avant le championnat.

_GDX0814.jpg
Serge Sprocq (à gauche) et Pierre Bessière (à droite) au contrôle Para-tir

RENCONTRE AVEC Serge Sprocq (Responsable arbitrAGE Para-TiR)

FFTir : Le contrôle Para-tir, comment ça se passe ?

Serge Sprocq : Le contrôle Para-tir est obligatoire pour tous les tireurs concernés, contrairement au contrôle ISSF pour les tireurs valides. Par contre, ces tireurs Para-tir  doivent effectuer un double contrôle: un contrôle ISSF classique et un contrôle propre au règlement Para-Tir, où tous les équipements sont vérifiés. L'autorisation sera alors validée.

 

FFTir : Lorsqu'un tireur se présente, comment cela se passe ?

SS : Quand un tireur arrive au contrôle, il présente d'abord sa licence, la licence FFTir bien sûr, mais il doit aussi présenter sa carte de classification médicale. On lui remet un dossard, sur lequel on note sa classification médicale et son droit ou pas à un aide. Il passe d'abord au contrôle d'armes et équipements ISSF, puis il fait son contrôle spécifique Para-tir.

À ce moment-là, on a besoin de sa fiche. En fonction des informations, il y aura des choses à vérifier ou non. On lui édite alors une fiche spéciale de contrôle Para-tir. Celle-ci renseigne bien évidemment ses coordonnées: nom, prénom, numéro de licence et donc sa classification médicale, ainsi que les épreuves qu'il a choisi de tirer.

Une partie concerne donc l'ISSF et une partie est propre au Para-tir, et cette fiche est signée en fin de contrôle par l'arbitre responsable du contrôle Para-tir.

 

FFTir : Comment cela se passe au niveau du contrôle des équipements ?

SS : Pour le contrôle des équipements, il y a pas mal de choses à vérifier pour un tireur Para-tir. Suivant son handicap, en fonction de sa classification médicale, un certain nombre d'éléments peuvent être tolérés en fonction de son handicap. Par exemple, l'aide d'un assistant de tir pour lui charger sa carabine, ou des particularités dans son matériel.

Normalement, il y a deux catégories au niveau du Para-tir: les SH1 et les SH2. Les SH2 sont généralement uniquement des carabiniers. Ce sont des personnes avec des problèmes au niveau des bras ou du tronc pour tenir correctement l'arme. Dans ces cas-là, ils ont le droit à une potence, c'est-à-dire un support avec ressort. On est chargé de contrôler la rigidité de ce ressort. Suivant son niveau d'incapacité, il a droit à un ressort plus ou moins dur.


FFTir : Vous contrôlez aussi l'accompagnateur ?

SS : Pour l'accompagnateur, le tireur récupère deux dossards: le sien et celui de son accompagnateur. Sur ce dossard, est indiqué « assistant » et sur la fiche de contrôle médicale du tireur est marqué si il a le droit à un accompagnateur.

On ne contrôle pas l'accompagnateur. Il faut simplement que le tireur désigne cette personne comme son accompagnateur. Par contre, sur le pas de tir, il faudra qu'il ait son dossard accompagnateur, comme un compétiteur. Nous contrôlons sur le pas de tir si un tireur a le droit à un accompagnateur et nous vérifions son nom.

Avec l'accompagnateur, on contrôle la hauteur des dossiers. En effet, certains tireurs sont sur un fauteuil, et en fonction de leurs capacités physiques, ils ont le droit à une hauteur de dossier plus ou moins grande, comme indiquée par leur classification. Cela correspond à la lettre majuscule qui suit leur classification en SH1 ou SH2 : A, B ou C.

Légende : 2018 - CdF10-18m Tarbes Lundi

Reportage du 06 février - CdF 10/18 mètres de Tarbes


FFTir : Alors ces lettres correspondent à quoi ?

SS :  Ce sont des catégories de hauteur : A veut dire pas de dossier ; B un dossier moyen et C un plus grand dossier. Mais nous avons des normes pour les mesurer.

 

FFTir : C'est comme les tablettes, vous les contrôlez aussi.

SS: Tout à fait, les tablettes doivent être dans une certaine norme, elles doivent s'inscrire dans un cercle maximum de 90 centimètres de diamètre.

 

FFTir : Au niveau hauteur, fixation etc, que contrôlez-vous ?

SS: Il faut voir au fur et à mesure du déroulement. En fait, sur sa fiche d'athlète handicapé(e) ou de contrôle médical, il y a une hauteur libre indiquée. On la mesure et on note une remarque dessus. Cela fait référence à la vertèbre C7, qui est la dernière vertèbre cervicale.

On se base sur cette hauteur libre et on pose du scotch de couleur à ce niveau. Les  arbitres au pas de tir peuvent alors vérifier que le tireur est dans les bonnes conditions lorsqu'il est assis au niveau de la hauteur du dossier, selon la position de tir. Après en définitive, le règlement Para-tir est un règlement complémentaire qui s'ajoute au règlement ISSF.

 

FFTir : en moyenne pour contrôler un athlète, combien de temps faut-il ?

SS: Cela dépend de sa classification médicale. Mais cela prend du temps.

 

FFTir : Est-ce le premier championnat de France où cela se déroule ainsi ?

SS: Oui, c'est le premier championnat de France où les tireurs Para-tir sont intégrés de la sorte. L'année dernière c'était déjà un peu le cas, mais cette année est la première où nous avons un contrôle Para-tir complètement organisé.

 

FFTir : Nous vous remercions.


©FFTir

Reportage

Résultats

Actualité

Toutes les compétitions