CdE ISSF 10 m 2018

CDE 10 m ISSF - Interview Annabelle Pioch, Céline Goberville et Sandrine Goberville

Web  Picto Car Pi Cm 2018.jpg
Suivez les résultats :
 mini logo GYOR 2018.jpg
mini ESC.jpg
 mini logo SIUS.jpg
Twitter.jpg
instagramv2 .jpg

Interview Annabelle Pioch, Céline Goberville et Sandrine Goberville réalisée lors du Championnat de France à Tarbes le 10/02/2018.


FFTir: Comment se sont passés vos Championnat de France ?

A.P: C'était dur, très dur, mais c'était super bien. Il y a eu une très bonne ambiance, c'était top !

FFTir: Annabelle, est-ce-que tu as vécu ta première finale ?
A.P: Oui, la première en championnat de France.

FFTir: Comment s'est-elle passée ?
A.P: C'était dur mais ça s'est bien passé, c'était impressionnant ! (S'adressant à Céline et Sandrine) Vous m'aviez dit que ça faisait peur, vous ne m'aviez pas menti ! (Rires)

FFTir: Annabelle, quelles sont les disciplines que tu as tiré en plus de la précision ?
A.P:
Le standard et la vitesse

FFTir: Es-tu contente de tes performances ?
A.P: Oui, je fais deuxième en standard et troisième en vitesse.

FFTir: Toutes les couleurs de médailles !
A.P: (Rires) Exactement !

FFTir: Et pour toi Céline ?
C.G: Tout s'est bien déroulé, j'avais deux titres à défendre sur trois. J'avais du boulot (rires). J'ai gagné en vitesse et en précision et je finis deuxième en standard. Le bilan est donc positif. Je suis un peu déçue du standard parce que je suis quinze points en dessous de mon potentiel. Mais bon, tous les ans c'est un peu la même chose. Et puis, le principal pour moi, c'était que Sandrine gagne donc, tant mieux. Que ce soit elle ou moi, c'était le principal. Et sinon, au niveau organisation c'était top. Voilà tout s'est bien passé. Je suis contente.

FFTir: Et pour toi Sandrine, es-tu contente ?
S.G: En termes de résultats, je suis un peu déçue, sauf pour le standard. En précision, je suis un peu en dessous de ce que je peux faire. En finale, il y a eu de bonnes choses et de moins bonnes. Voilà, je dirais un bilan un peu mitigé. Un peu déçue en vitesse. Je ne rentre pas en finale non plus. Heureusement, il y a les médailles par équipes qui compensent un petit peu. Et puis pour le standard, je suis très contente. Bon, j'étais déçue sur le moment d'avoir pris le titre de Céline parce que quand je suis sortie, je l'ai vu pleurer. Je me suis dit: Ah mince ! J'ai pris son titre !
Finalement c'est un plaisir quand même. On se dit qu'une année sur l'autre on alterne.

FFTir: Bientôt se déroulent les championnats d'Europe. Cela vous fait quoi d'y aller toutes les trois ?
S.G: C'est top !
A.P: C'est vraiment trop bien ! Compétition en famille.

FFTir: Comment vous préparez-vous pour ce championnat ? Est-ce que vous vous entrainez ensemble ?
C.G: En général, tout au long de l'année Sandrine et moi on s'entraine tout le temps ensemble. Annabelle, elle est au pôle de Nantes. Souvent elle revient sur Creil avant les compétitions. Cela nous permet de faire des entrainements avec la famille au complet. C'est intéressant car cela nous permet de nous revoir avant les compétitions et de nous retrouver de nouveau lors de grands rendez-vous.

FFTir: Est-ce une force d'y aller en famille ?
S.G: Je pense que oui. On a des repères. C'est vrai qu'avec Céline, on est souvent toutes les deux. Mais là d'avoir Annabelle en plus...
A.P: Oui, pour moi c'est la première fois que je fais une compétition aussi importante avec elles. 

FFTir: Cela te rassure de savoir qu'il y aura une partie de la famille avec toi ?
A.P: D'un côté oui, je pense que cela peut m'aider. Je me dis, elles sont là et j'ai leur soutien. Ça me fait très plaisir qu'on y aille toutes les trois.
S.G: C'est une battante, on s'en inspire. Elle ne lâche rien.

FFTir: On a vu ça à la finale !
(Rires des filles)
A.P: Je m'inspire de vous aussi ! Je ne serai pas là sans vous.

FFTir: Est-ce que vous avez des routines, des rituels ou encore des porte-bonheurs pour vos matchs ?
C.G: J'essaye de ne pas en avoir. Je me dis que le jour où tu l'as pas, c'est compliqué. Après ça n'empêche pas qu'on puisse avoir des petites choses. Oui mais voilà je ne le dirais pas... (rires) je peux pas le dire.

FFTir: Quelque chose de plus avouable pour les autres ?
S.G: un peu dans le même sens, s'attacher à une couleur de cartouche pour le pistolet, on évite. Après, la routine est de venir suffisamment en avance pour avoir le temps de s'échauffer. Après on s'adapte au lieu où l'on est pour s'échauffer. Par exemple, ici il faisait froid. Pour ma part, rien de particulier.

FFTir: Et pour toi Annabelle ?
A.P: Pour moi la routine c'est un peu la même. J'ai juste un « rituel ». Le dossard c'est toujours l'entraineur qui me le met. J'aime bien quand c'est lui qui me le met.

FFTir: Avant de rentrer en finale, vous vous mettez dans votre bulle ? Comment est-ce que vous vous organisez ?
C.G: J'aime bien discuter. J'aime bien les finales où l'atmosphère est un peu détendue avant de commencer. Cela permet à la pression de ne pas trop monter. Après cela peut être un piège car elle peut monter d'un seul coup. Je ne sais jamais trop comment gérer l'avant finale ou l'avant match, même si j'en ai fait des milliers. Il y en a où c'est plus calme, d'autres où c'est plus drôle. J'aime bien quand l'ambiance est plus légère, cela ne m'empêche pas après de rentrer dans ma bulle.
A.P: Pareil que Céline, j'aime bien quand on discute un peu, d'un côté cela permet d'enlever une certaine pression. Après, un moment avant de rentrer, je commence à rentrer dans ma bulle. Aux Frances, on est avec les copines en finale, on peut discuter, cela permet d'avoir une bonne ambiance.
S.G: Un peu le même esprit. Autant avant un match, je sais que j'aime bien être 5-10 minutes avant l'entrée sur le pas de tir, histoire de prendre la température ou la lumière et de me concentrer sur moi. Autant avant, au niveau de l'échauffement, j'aime bien rigoler un peu, ça permet de relativiser un peu la situation.

FFTir: Si vous deviez me donner chacune les défauts des deux autres, sans donner ses propres défauts, quels seraient-t-ils ?
S.G: Les deux, elles sont hargneuses.
A.P: Mais ce n'est pas un défaut, si ?
C.G: Après elle va le mettre aussi dans les qualités !
S.G: Alors un fort caractère ! (Rires)
C.G: J'aurais dit qu'Annabelle est têtue mais c'est ce qui lui sert aussi, c'est un bon défaut sauf quand elle ne veut pas se retourner en match. On la voit, elle ne veut pas regarder l'entraineur.
S.G: Elle sait que l'entraineur veut lui dire quelque chose et elle se dit « non je gère toute seule » !
A.P: Non mais des fois j'ai envie mais je me dis que si je me retourne trop, j'ai peur de me faire engueuler. Dès fois, je te jure, je sens que...
S.G: Oui, elle regarde le coin en disant « il va m'engueuler, il va m'engueuler » !
A.P: Je vais travailler ça ! (Rires) 
C.G: En défaut pour Sandrine, je dirais qu'elle ne croit pas assez en elle.
S.G: Oui je suis d'accord.
(Rires)
A.P: Je dirais pour Céline qu'elle a un fort caractère. Après ce n'est pas forcément un défaut. Sandrine elle se sous-estime des fois et elle ne devrait pas.

FFTir: Concernant les qualités de chacune ?
S.G: Céline est trop forte. C'est un modèle !
C.G: Ce n'est pas une qualité !
SG: Oui mais tu peux être un modèle. Pour Annabelle je dirais qu'elle est persévérante, elle lâche rien.
C.G: Je dirais d'Annabelle qu'elle est toujours dynamique et positive même si des fois...
A.P: Pas tout le temps !
C.G: Elle ne le montre peut-être pas tout le temps mais ce qu'elle fait ressortir est toujours positif et aussi, que tu ne lâches rien.
A.P: Je crois que je vais me mettre à pleurer.
C.G: Annabelle va au bout du truc, elle apprend, très bien, je trouve. Elle observe et écoute ce qu'on lui dit.
A.P: Je vais pleurer !
C.G: Je vais passer à Sandrine. Je te retournerais la persévérance. Sandrine elle n'a jamais lâché même dans les moments difficiles. Elle a continué à travailler, travailler comme un ouvrier qui ne voit pas forcément le résultat arriver. Elle ne lâche rien. Je trouve ça beau car je ne suis pas sûre, que moi, j'aurais continué à travailler autant qu'elle l'a fait si j'avais pas eu les résultats au bout. Je ne dis pas que tu n'as jamais de résultats ! Tu as du mérite. Tu as un potentiel qui est immense et voilà. De savoir que tu as le potentiel et que tu n'arrives pas toujours à l'exprimer, j'aurais abandonné avant.
A.P: Pour Céline, je dirais que c'est une battante, même dans les moments où ça ne va pas. On le voit mais je sais qu'elle ne lâchera jamais rien et qu'elle essayera toujours de donner le meilleur. Je pense que c'est une de ses qualités car elle sait rebondir quand ça ne va pas.
Elle sait bien qu'elle sait faire les choses même quand les gens peuvent lui dire « ouais elle tire mal ». Elle sait ce qu'elle vaut et je trouve ça beau de jamais rien lâcher et de se battre comme tu le fais. Tes matchs, tes finales, je trouve ça, à chaque fois, magique ! Pour Sandrine, je dirais la même chose, la persévérance. Elle voudra toujours donner le meilleur de soi-même. Je sais qu'elle en ressortira peut-être déçue mais elle ne lâchera jamais l'affaire. Les deux sœurs ce sont des modèles pour moi. Elles n'abandonnent jamais, elles sont toujours là. Elles se soutiennent aussi. Des crèmes ! Vous êtes les meilleures, elles ont trop de qualités !

FFTir: Ce sont elles qui t'ont motivé à toujours donner le meilleur de toi-même ? Est-ce qu'elles ont joué dans tes performances en ce moment ?

A.P: Si je ne les avais pas rencontrés, j'aurais arrêté le tir.
S.G: Cela a le mérite d'être clair...
A.P: Non mais c'est vrai, quand je les ai rencontrées, j'avais arrêté le tir, j'en avais marre. Je n'arrivais plus à faire ce que je voulais. Avoir les Goberville, quand on sait ce qu'elles font ! Cela m'a donné envie de faire pareil. Après je pense que je suis sur la bonne voie. Si elles n'étaient pas là je sais pas ce que je ferais.

FFTir: Céline et Sandrine, vous serez là pour le premier match d'Annabelle ? Celui pour la qualification aux JOJ ?
C et S. G: Non, nous ne serons pas là.
A.P: Elles seront là par la pensée.
C.G: On arrivera pour son match des championnats d'Europe.
S.G: Elle n'est pas toute seule.

FFTir: Annabelle, comment vois-tu ce match ? Es-tu stressée ou as-tu hâte ?
A.P: J'ai hâte car ce sont mes premiers championnats d'Europe. J'y vais avec les filles, les copains et la famille. Je suis déjà un peu stressée. On a un stage qui arrive là. J'ai peur, mais je me dis que c'est une expérience à faire. Dans tous les cas, il ne faut rien regretter. C'est mon objectif.

FFTir: Et vous, Céline et Sandrine, comment ressentez-vous ce match ?
C.G: Ça va, je vis un peu au jour le jour, chaque jour a son lot de peines. Je me dis que nous avons encore une semaine de stage, le temps de voir les choses arriver. J'ai toujours hâte de partir en compétition. Cela me fait toujours plaisir de partir.
S.G: Un peu dans le même esprit, je me dis de plus en plus de vivre l'instant présent. J'évite de me projeter trop mais oui j'y pense. Si j'y pense trop ça me stresse. Je remets un peu tout ça dans le contexte. Je me dis que c'est un championnat d'Europe, que ça va être une belle compétition. Une de plus. Je suis contente d'y participer. Tant qu'il y a un peu d'émotions avant, cela veut dire qu'on y a quelque chose à y faire et qu'on a l'envie de tirer.

FFTir: Pour finir cet entretien, qu'est-ce que chacune de vous pourrait dire aux deux autres ?
C.G:  Je ne vais pas leur souhaiter de s'amuser car c'est rare que pendant le match l'on s'amuse. Je leur dirais de profiter de tout, de tout ce que la compétition peut leur offrir. D'en profiter, de rien lâcher, évidemment, et de rien regretter.
S.G: Elle met la barre haute avec sa réponse ! Alors oui, de vivre chaque instant de la compétition à fond ? Cela va être un moment en famille unique. J'espère qu'il y en aura d'autres. C'est une étape et faut qu'on en profite, ensemble, un maximum.
A.P: Je leur dirais de ne rien regretter, de se battre. Je sais qu'elles vont le faire. Donner le meilleur de vous-même. Allez-y à fond. Dans tous les cas, je serai derrière !

FFTir: Merci beaucoup


©FFTir




Résultats

Actualité

Toutes les compétitions