DOPAGE

INFORMATIONS

Comme toutes les activités sportives, le tir est soumis à des obligations de lutte contre le dopage. En France, l’AMA (Agence Mondiale Anti dopage) a délégué ses prérogatives à l’AFLD (Agence Française de lutte contre le Dopage). En Europe, cette délégation est confiée à l’ESC (European Shooting Confederation). De la sorte, la standardisation des contrôles garantit la parfaite équité, quel que soit le pays où a lieu la compétition.

À l’heure actuelle, les prélèvements se font sur des échantillons d’urine. Un correspondant de l’AFLD est désigné dans chaque région au sein de chaque DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale)

En pratique

  • Penser à signaler à votre médecin traitant (ou à son pharmacien en cas d’auto-médication) que vous faites de la compétition.
  • Consulter systématiquement le site de l’AFLD (la liste des substances interdites est sur le site avec un moteur de recherche où vous renseignez le nom de la spécialité ou du principe actif. vous obtenez une réponse immédiate sur son statut)..
  • Cherchez des compléments d’information sur  » Ecoute Dopage « , site créé par l’université de Montpellier contenant des informations très pertinentes.
  • Soyez très prudent dans l’usage des compléments alimentaires, en particulier s’ils sont vendus sur l’internet. Assurez-vous qu’il y a marqué sur l’emballage la norme NF V 94S001 garantissant l’absence de produits dopants.

En cas de nécessité de prise de médicaments inscrits sur la liste des produits interdits, faire une demande d’AUT (Autorisation d’usage à des fins Thérapeutiques) :

  • La demande d’AUT doit se faire au moins 30 jours avant la date de la compétition (prévoir deux mois avant en cas de demande d’examens complémentaires). Téléchargez le dossier de demande de six pages sur le site de l’AFLD. Chaque formulaire de demande d’AUT est à adresser par envoi recommandé avec accusé de réception à : AFLD – Service médical, 229 boulevard Saint-Germain, 75007 PARIS. Important : C’est la date de réception par l’AFLD qui fait foi.
  • La validité d’une AUT est de un an, reconductible après avoir rempli un nouveau dossier auprès de l’AFLD selon le même protocole.
  • En cas d’urgence ou d’un délai inférieur à un mois par rapport à la date de compétition, prendre avec soi les ordonnances et les certificats médicaux justifiant de votre bonne foi. Il est possible de régulariser a posteriori par une demande d’AUT dans le mois qui suit la compétition.

Sites à retenir

logoafld.png logo-entete_dopage.jpg

ADEL

La plateforme mondiale d’éducation et d’apprentissage en matière de lutte contre le dopage. ADEL accueille tous ceux qui veulent s’informer sur le sport propre. Inscrivez-vous et rejoignez ADEL pour découvrir comment nous pouvons vous aider. Ensemble, nous pouvons protéger le sport propre.

Si vous êtes un sportif, un entraîneur, un parent, un professionnel de la santé ou si vous jouez un autre rôle dans le soutien aux sportifs, ADEL a des programmes éducatifs pour vous. Et si vous êtes un praticien de la lutte antidopage, ADEL a des possibilités d’apprentissage et des ressources pour vous aussi. Donc, que vous vouliez vous informer ou pour trouver des ressources pour vous aider à développer vos programmes antidopage, ADEL peut vous aider.

LES PHARMACIENS MOBILISÉS

Depuis 2014, le ministère chargé des Sports et l’Ordre national des pharmaciens se mobilisent activement dans la lutte contre le dopage et les conduites dopantes en menant des actions de prévention conjointes à l’égard des sportifs et de leurs entourages.

Cette année, ils lancent une nouvelle campagne de sensibilisation des sportifs sur le dopage accidentel lié à la prise de médicaments et de compléments alimentaires. Les outils destinés à accompagner les pharmaciens dans cette démarche de prévention ont été actualisés et déclinés au format vidéo pour une diffusion plus large à destination de leur patientèle.

Un sportif amateur ou professionnel peut avoir recours, sans le savoir, à un médicament ou un complément alimentaire contenant une substance dopante. Toutefois, le principe de responsabilité objective le rend fautif pour toute substance décelée dans son organisme à l’occasion d’un contrôle antidopage et la seule présence d’une substance interdite suffit à caractériser une violation des règles antidopage.

Il est donc essentiel que le sportif s’assure auprès de son pharmacien, spécialiste du médicament et de son bon usage, que ce dernier ou le complément alimentaire envisagé ne contient pas de substance inscrite sur la liste des produits dopants. L’ensemble des outils de la campagne est disponible en téléchargement sur le site www.cespharm.fr.

 

REPORTAGE